Etudes

Primo-accédants : plus nombreux à souhaiter devenir propriétaires

Retour à Etudes
Primo-accédants : plus nombreux à souhaiter devenir propriétaires

Ce qui motive les primo accédants, c'est avant tout la perspective de devenir propriétaire et le niveau attractif des taux d'intérêt. Le PTZ a du mal à les séduire dans l'ancien. La perspective des travaux les refroidit.

Qui sont-ils ?

Majoritairement âgés de moins 35 ans (67% contre 26% des secundo-accédants)
51% sont CSP+ (contre 53% des secundo)
54% ont un foyer de taille réduite: moins de 2 personnes (40% des secundo)

Quelles sont leurs motivations ?

Avant tout le souhait de devenir propriétaire (81% contre 18% des secundo-accédants). En effet, 91% d'entre eux prévoient d'acheter un "chez eux" (83% pour les secundo-accédants), les 7% restants envisageant de devenir investisseurs locatifs.

Le déclencheur du passage à l'acte reste les taux d'intérêt (47% contre 29% des secundo-accédants). Pour cause, 85% prévoit de souscrire un prêt immobilier (contre 67% des secundo-accédants). Pourtant, ils sont moins enthousiastes que les secundo accédants sur le niveau des taux: 70% les trouvent attractifs contre 81% chez ceux qui n'en sont pas à leur première acquisition.

L'impact des mesures gouvernementales restent encore mineur : il ne concerne que 10% des primo-accédants.

Qu'achètent-ils ?

57% prévoient d'acheter une maison (versus 67% des secundo-accédants) et 28%, un appartement, 15% n'ont pas encore pris de décision.

52% ont un budget inférieur à 200 000€ (versus 38% des secundo-accédants) et 38% entre 200 et 400 000€ (36% secundo-accédants).

47% privilégient l'ancien (vs 59% des secundo), 34% hésitent encore entre le neuf et l'ancien et 19% s'orientent vers le neuf (vs14% des secundo), vraisemblablement attiré par le PTZ. En effet, plus d'un tiers (37%) est éligible au PTZ. Pour les 63% non-éligible au PTZ, c'est essentiellement parce qu'ils dépassent le plafond de ressources (66%). Pour 40% c'est aussi parce qu'ils recherchent un bien dans l'ancien avec peu ou pas de travaux.

53% n'ont pas envie de se lancer dans une acquisition qui nécessitent d'importants travaux (51% chez les secundo). 64% craignent que le montant des travaux ne dépasse leur enveloppe budgétaire (39% chez les secundo) et 45% ne sont pas bricoleurs (versus 36% des secundo-accédants).